image

 

Par un beau matin automnal, nous nous rendons au Marmottan Monet. A l’approche de ce prestigieux hôtel particulier, les volets en fer claquent au son des oiseaux. Nous avons rendez-vous avec Claude Monet. Son tableau, Impression, Soleil levant l’œuvre fondatrice de l’impressionnisme est la star du moment.

 

En effet, le Musée tient à honorer les généreux donateurs et les collectionneurs qui lui ont permis depuis 80 ans d’exister et de se constituer de fabuleuses collections, à travers une série d’expositions temporaires. Après l’exposition « Les impressionnistes en privé », il était temps pour le musée de retracer la genèse, l’historique et la datation du tableau qui a donné son nom à l’impressionnisme. Patrick de Carolis, directeur du musée, avait à cœur de lever le voile sur cette œuvre si longtemps négligée. Car il a fallu attendre les années 50 avant que le tableau soit reconnu à sa juste valeur, après avoir été peint en 1872.

 

Sherlock Holmes au Marmottan.

 

Véritable enquête scientifique menée par des équipes françaises et américaines, l’exposition a voulu répondre aux questions suivantes : Que représente le tableau ? Est-ce un soleil levant ou couchant ? Qu’est-il devenu depuis la première exposition impressionniste de 1874 ? Comment le symbole de l’impressionnisme est-il arrivé au Musée en 1940 ? Car après tout, Impression, Soleil levant semble être resté dans le brouillard.

 

Dès l’entrée de l’exposition, nul doute possible sur la qualité de la sélection des toiles. Jongking, Boudin (qui a passé 2 ans auprès de Monet), Delacroix, Courbet, et Turner – formidable Fumée et lumières bleues et ses effets atmosphériques (ci-dessous)- ouvrent le bal avec des marines antérieures à 1872.

 

image

 

En tout 61 peintures et œuvres graphiques, 26 œuvres de Claude Monet et 45 documents, pour la plupart inédits, provenant de musées et de collections particulières du monde entier. De nombreux spécialistes ont permis de mener à bien les investigations, dont le secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, qui a ouvert les archives de l’Académie. Il est émouvant de voir les originaux des catalogues d’expositions de l’époque ou des lettres manuscrites. Ont été associées au projet, la Bibliothèque nationale, la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, les Archives de Paris, la bibliothèque et les archives du Havre. Sherlock est bien parmi nous.

 

Après les marines, l’expo nous entraîne dans la salle principale, là où Impression, Soleil levant est présenté dans un cadre naturel, c’est-à-dire placé en regard d’autres toiles du même thème et de plans originaux du port du Havre. Notons le prêt exceptionnel d’une collection particulière américaine de l’Avant-port du Havre, effet de nuit de C. Monet, un rarissime nocturne peint à la même date qu’Impression.

 

La méthode Martmottan.

 

Les analyses topographiques du port du Havre, les calculs astronomiques de la direction du soleil, les calculs hydrographiques du niveau des marées et les observations météorologiques et astronomiques de 1872 et de 1873 ont permis aux équipes de mettre au point ce que nous appellerons les quatre éléments de « La méthode Marmottan » afin d’établir la datation de l’œuvre. La vie de Monet en 1872 étant inconnue, l’enquête s’annonçait ardue.

 

image

 

Ainsi le 13 novembre 1872 est la date la plus probable d’exécution du tableau. D’autre part, il s’agit bien d’un soleil levant, bien que le tableau ait été nommé Soleil couchant pendant un temps. Le parcours se poursuit avec la première exposition impressionniste de 1874. Le Déjeuner et Le Boulevard des Capucines trônent. Le livret de l’exposition et l’original du journal Le Charivari sont également présentés.  Rappelons que le tableau inspire au critique Louis Leroy du journal satirique le terme « impressionniste » qui désignera ensuite le groupe d’artistes réuni autour de Monet. Les critiques se désintéressent de cette œuvre qui leur semble être plus proche d’une simple étude que du chef d’œuvre*, et donnent leur préférence au Boulevard des Capucines ou au La Gare Saint Lazare.

 

Un symbole qui peine à sortir de l’ombre.

 

Impression, Soleil levant passera beaucoup de temps à l’abri de la lumière.Achetée en lot, la toile est acquise 810 Francs par Ernest Hoschedé en 1874 puis 210 Francs en 1878 par Georges de Bellio, qui la garde dans ses collections jusqu’à son legs au Marmottan en 1940 par sa fille Victorine. La guerre déclarée, le tableau passera 6 ans dans la cachette des caves du château de Chambord avec les œuvres du Louvre avant d’être exposé au Marmottan.

 

Notons dans la salle dédiée à la collection Bellio, l’émouvant brouillon original de la lettre adressée à Claude Monet le 12 novembre 1891 lui assurant que la toile ne sortira pas de la collection. Son affection et sa fidélité à Monet y sont très touchantes. Pourquoi s’attacher autant à une œuvre si collectivement ignorée ? Car le coup de cœur du collectionneur n’est pas lié à la cote de l’œuvre.

 

En 1955, l’américain John Rewald publie une Histoire de l’impressionnisme de façon non académique, et Impression, Soleil levant y est enfin reconnue comme une œuvre majeure. En 1974, la toile est estimée à 10 millions de Francs ; elle est aujourd’hui à sa place, sous les projecteurs.

 

 image

 

Impression, Soleil levant, l’histoire vraie du chef-d’œuvre de Claude Monet

Musée Marmottan Monet jusqu’au 18 janvier 2015

 

Commissariat de l’exposition : Marianne Mathieu, adjointe au directeur en charge des collections du musée ; Dominique Lobstein, historien de l’art.

 

 

A relire sur notre blog : Le musée Marmottan Monet célèbre les impressionnistes en privé

 

*La critique de Montifau de 1874 : « l’impression du lever de soleil est traité par la main enfantine d’un écolier qui étale pour la première fois des couleurs sur une surface quelconque ».

 

Crédits :

 

-Claude Monet Impression, soleil  levant 1872 Musée Marmottan Monet, Paris © Christian Baraja  – Ancienne collection Ernest  Hoschedé Ancienne  collection Georges de Bellio, -Eugène Boudin Le Havre, voilier à quai 1870‐1874 Collection particulière © Christian Baraja, affiche de l’expo © Christian Baraja     

-Joseph Mallord William Turner Fusées et lumières bleues pour alerter les bateaux à vapeur des hauts fonds 1840 © Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, USA (photos by Michael Agee)             

-Johan Barthold Jongkind Moulins au bord de  l’eau 1866 Collection particulière © Brame et Lorenceau            

-Le Havre, le Grand Quai, vers 1900, carte postale, Le Havre, archives municipales. Au centre l’hôtel de l’Amirauté, dans lequel Monet a séjourné en 1872 et 1874.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.