imageimage

 

France 3 accueille Berthe Morisot le samedi 16 février 2013 à 20H45. Ce n’est certainement pas une actrice française, ni une rock star. Cependant, le téléfilm « L’indomptable Berthe » crée l’événement car cette femme du XIXème siècle était rebelle. La seule femme peintre co-fondatrice du mouvement des impressionnistes.

 

Berthe Morisot, une impressionniste méconnue

 

En effet, les Musées français auront mis 50 ans pour lui dédier une vraie rétrospective ! Le Musée MarmottanMonet a attendu 2012 pour le faire. Idem pour La Fondation Mona Bismarck à Paris, qui a exposé le travail de sa contemporaine impressionniste l’américaine Mary Cassatt, grande amie d’Edgard Degas, dont l’œuvre est de grande qualité et ses talents de graveur, hors pair. Par sexisme, les femmes peintres n’ont jamais eu les faveurs des directeurs de Musées, heureusement, les temps changent. Aussi, ces artistes étaient-elles cantonnées dans des compositions domestique, familiale ou champêtre, n’évoquant pour ces messieurs qu’un travail amateur.

 

Pourtant aujourd’hui le style de Berthe Morisot est reconnu comme étant la quintessence de l’impressionnisme. Depuis toute jeune elle partage sa passion pour la peinture avec sa sœur Edma, avec qui elle affinait sa technique à l’atelier de Jean-Baptiste Camille Corot à Ville d’Avray. Avec lui, elle découvre la peinture de plein air.

 

Refusant le parcours académique, fondant des groupes d’artistes allant devenir les impressionnistes, elle suit son propre instinct. Sa peinture est fluide, les formes sont vagues, et les jeux de reflets et de transparence soignés. Sa peinture traduit une gaieté et une lumière si paisible que l’on en oublie son caractère si torturé. Le film va sans doute nous révéler cette nature, trop souvent ignorée du public.

 « La peinture comme une prière quotidienne »

 

Sur le blog Sylvie de Soye, Berthe Morisot a déjà séjourné. Déjà évoquée à l’occasion d’un focus sur le tableau Le Balcon où elle y est peinte par Edouard Manet, ou illustrant le jeu Autour de l’impressionnisme de Sylvie de Soye, qui dit d’elle  « Ce regard est une énigme. Guette-t-elle quelqu’un, ou au contraire est-elle perdue dans ses rêveries, dans des pensées secrètes ? La fixité étrange de ses yeux révèle-t-elle simplement la passion de l’art et de la beauté ? ». Jean-Marie Rouart, que nous avons déjà reçu sur le blog, garde un autre souvenir de sa grand tante : Berthe Morisot était une « âme souffrante, perpétuellement blessée, qu’aucun compliment ni aucun succès ne rassurait. En proie au doute, c’est autant contre elle-même qu’elle a dû lutter, contre le démon de l’à quoi bon, que pour conquérir un univers a priori hostile. »

Elle dit elle-même : « Il y a si longtemps que je n’espère plus rien, même chez les autres, que le désir de glorification après ma mort me parait une ambition démesurée ». Source « Une famille dans l’impressionnisme », de Jean-Marie Rouart.

 

Elle meurt jeune, à 54 ans, trop jeune pour un si grand destin laissant sa fille Julie qu’elle adorait alors adolescente, inconsolable..

 

Petit résumé de filiation pour les amateurs :

 

Berthe Morisot, -femme d’Eugène Manet, frère d’Edouard Manet,

-Maman de Julie Manet, épouse d’Ernest Rouart, fils d’Henri Rouart, grand-père de Jean-Marie Rouart.

A la mort de ses parents à l’adolescence, les tuteurs de Julie Manet ne sont autres que Pierre-Auguste Renoir et Stéphane Mallarmé !

 

Allons donc à la découverte de Berthe Morisot, incarnée par Marine Delterme, moins anguleuse que Berthe, mais très ressemblante. Nous retrouverons aussi le talentueux Malik Zidi. Il paraît que la photographie est très soignée, alors espérons que nous aurons rendez-vous samedi soir avec une oeuvre d’art télévisuelle. « Le rêve, c’est la vie, et le rêve est plus vrai que la réalité. On y agit soi, vraiment soi. Si on a une âme, elle est là. » Berthe Morisot.

 

Résumé :

 

1865. A 25 ans, Berthe Morisot rêve de vivre de sa peinture, de ne jamais se marier, et de toujours rester avec sa sœur Edma. Ses parents ne voient pas leur existence sous le même angle et lui façonnent déjà un destin plus conforme à l’époque. Berthe se rebelle et sa rencontre avec Manet va bouleverser sa pensée, sa relation avec sa sœur, questionner son rapport à la peinture et son rapport au monde. Le destin d’une femme qui deviendra la première peintre professionnelle et la première impressionniste.

Distribution : Marine Delterme, Alice Butaud, Malik Zidi, Bérangère Bonvoisin, Patrick Descamps, François Dieuaide, Jeanne Gogny. Réalisation : Caroline Champetier.

Plus d’info et une vidéo sur le tournage ici.

 

Tableau : « Dans un parc » Paris, Petit-Palais, 1874, Berthe Morisot, photo illustrant le jeu Sudoku : Sudo’Couleurs de l ‘impressionnisme,  – Photo de Marie Delterme, tournage de “Berthe l’indomptable”.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.